Sans titre

Il y a dix ans, Double A donnait naissance au premier disque de RAP Marocain, Aminoffice, l’un de ses membres, prépare aujourd’hui un nouvel album. Flashback. 10 ans déjà ! En 1996 sortait « wakie », du groupe Doubla A, premier album de rap marocain, après trois ans d’existence des dragons blancs… Aminoffice était parmi ces précurseurs. Premier disque, première révélation pour un pays, a l’époque, peu favorable a la culture hip-hop. A la production, on trouvait Adouaa al madina, comme pour le second album « Elard Bkate » (1997), puis l’album solo d’aminoffice « Maak dima maak » l’année suivante. Après un gros succès auprès des jeunes Marocains, Aminoffice décide de prendre un peu de recul. Besoin de franchir une nouvelle étape dans sa carrière, de se faire une autre image pour s’imposer dans le milieu… Consolider son travail dans une optique « solo », renforcer son style et ses textes, prendre une nouvelle dimension… devenir un rappeur complet en somme. Quelques années plus tard, on découvre les multiples facettes de son talent, et notamment la richesse de sa plume, beaucoup plus posé, aminoffice se concentre actuellement sur son prochain disque, qu’il voit aujourd’hui comme son premier « vrai » album. Pas un disque qu’on range au fond d’un placard à CD. Ses textes son écrits avec rage et soin. Son objectif est de marquer encore une fois l’histoire du rap marocain, et de poser ses lyrics sur une musique qui, si elle fait bouger le derrière n’immobilise pas la cervelle ! « Amine des Double A voulait écrire ce qu’Aminoffice écrit maintenant, et biens sur ce n’était pas possible, on ne brûle pas les étapes de sa vie sans passer par le maudit couloir du quotidien qui n’est rien d’autre qu’un tunnel d’égouts, La différence est qu’on est plus conscient et plus attentif envers ces facteurs qui font qu’il y’a une vie autour, c'est-à-dire les pauvres gens, les peuple quoi ! » explique le rappeur. Plongé dans une période de déracinement total, Aminoffice est très nostalgique dans ses écrits. La vie en France lui a appris à renforcer son amour pour son pays en se servant chaque jour un cocktail de souvenir d’enfance… Sans laisser de coté, bien sur, son point de vue critique sur la vie, et plus précisément la société marocaine. Tout a fait conscient d’être un exemple pour nombre de jeunes rappeurs marocains, Aminoffice essaye de montrer la bonne voie, donne des conseils pour garder le cap de l’underground et ne pas virer vers une mode, une tendance… rester authentique en somme. « Il faut lire avant d’écrire, chercher avant de tout a exprimer poétiquement ses colères tout en gardant les pieds sur terre. La scène est à dix marches du sol, c’est le bagage avec lequel on y monte qui est déterminant », poursuit Aminoffice. Le rap marocain fêtera son dixième anniversaire en juillet 2006, et comme cadeau, Raptiviste à souhaité rendre hommage a son précurseur, c’est chose faite.
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site